Saturday 01 February 2014

Jouer stimule le plaisir chez l’enfant

Jouer stimule le plaisir chez l’enfant

Le travail de l’enfant c’est de jouer, mais on a trop souvent tendance à surcharger sa chambre. 

Les concepteurs de jeux proposent de plus en plus de produits, de plus en plus compliqué mais, en fait, le puzzle demeure le jeu favori de tous les enfants.

Entre 18 et 36 mois, les enfants ont tendance à choisir des jeux penchés sur la manipulation fine comme les jeux de construction, le puzzle...

En effet, manipuler des petits morceaux en carton ou en plastique afin de construire un objet ou une image cohérente stimule le plaisir chez l’enfant, car jouer est avant tout un plaisir même s’il apporte des éléments pédagogiques, il est d’abord là pour satisfaire l’enfant (et non pas toujours un objectif d’apprentissage). Il faut savoir revenir sur des jeux simples.

Jouer au puzzle met en action trois démarches mentales fondamentales qui sont : observer, comprendre et agir. L’enfant observe les formes et les couleurs des pièces, comprend qu’il faut les mettre ensemble et les pivoter pour former un objet cohérent et agit pour mettre en oeuvre ce qu’il a compris et le met en oeuvre.

Ce qui est important dans le jeu, et cela quel que soit l’âge, c’est la découverte par l’enfant de ses capacités qu’elles soient physiques et motrices (courir, sauter, escalader), sensorielles (le contact avec l’eau, la terre, le sable, la musique), relationnelles (échanger des images, des règles de jeux), affectives (jeux d’équipe qui favorisent les valeurs de solidarité mais aussi de compétition).

De la même façon qu’il découvre ses possibilités, il découvre également ses limites, celles qui lui sont imposées par la nature et la maturité de son déve­loppement physique.

Un jeu peut très bien correspondre à la tranche d’âge de votre enfant et ne pas correspondre à son habi­lité. Si on prend le cas d’un puzzle de 4 pièces le plus souvent il est indiqué pour des enfants de 15 mois, or il sera réellement capable de le faire seul vers 2 ans et demi, 3 ans. Proposer un jeu trop en avance dans les capacités de l’enfant ne fera que le désintéresser du jeu.